Partagez | 
 

 it's a war in my mind. (priava)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
day trotter
avatar
Ava Nightingale
⊹ POSTS : 54 ⊹ ARRIVÉE : 02/12/2014
⊹ AVATAR : magdalena zalejska ⊹ CRÉDIT : © Yumiita.
⊹ STATUT : « t'approches pas trop de moi. »
⊹ PSEUDO/PRENOM : amphétamines, c.
MessageSujet: it's a war in my mind. (priava)   Dim 7 Déc - 4:50

« Tu es un poisson des grandes profondeurs.
Aveugle et lumineux.
Tu nages en eaux troubles avec la rage de l'ère moderne,
mais avec la poésie fragile d'un autre temps.»


//J'AI FAIT UNE GROSSE CONNERIE ARG ET LE TEXTE EST PARTI.
:TT: :TT: :TT: :TT:

_________________

oh, wow, lovely.


Dernière édition par Ava Nightingale le Jeu 18 Déc - 3:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
los angeles dude
avatar
Priam Holden
⊹ POSTS : 102 ⊹ ARRIVÉE : 02/12/2014
⊹ AVATAR : jamie dornan. ⊹ CRÉDIT : vendettamazing (av.)
⊹ JOB, OCCUPATION : policier.
⊹ STATUT : divorcé.
⊹ PSEUDO/PRENOM : alaska ☆ justine. (oui, permet toi !)
MessageSujet: Re: it's a war in my mind. (priava)   Dim 7 Déc - 17:01



@avalon & priam ~ it's a war in my mind


Quand le radio émetteur annonça un casse sur la 7ème, Priam fit demi-tour et répondit qu’il s’en occupait. Il aurait pu attendre les renforts, mais les investigateurs du braquage ne devaient être que des jeunes cons de Day Trotters ; c’était toujours eux. Le flic ne les supportait plus, l’évocation même du gang suffisait à lui faire grincer les dents. Il arriva malheureusement trop tard, observa le fruit de leur œuvre. Les gérants firent un bref portrait des deux agresseurs et Priam les planta là après avoir appelé ses collègues pour qu’ils s’occupent du pauvre couple sous le choc pour afin après celle qu’il soupçonnait être Avalon Nightingale. C’était forcément elle, la fille d’une vingtaine d’années aux cheveux bruns et aux yeux bleus. Cette fille-là était née pour se mettre en travers de son chemin et le rendre fou. A croire qu’elle le provoquait sciemment. Mâchoire serrée, il observa attentivement les trottoirs à la recherche de la coupable qui ne devait pas être bien loin. Priam avait une furieuse envie de l’étrangler. Pourquoi est-ce qu’une fille aussi belle gâchait-elle sa vie pour un foutu gang qui ne lui apporterait rien de bon ? C’était ce qu’il se demandait chaque fois que sa route croisait la sienne. Elle avait des allures de star de cinéma, pas de camée des citées. La vie était parfois injuste, bien trop à son goût. Enfin, une cascade de cheveux bruns et une tenue colorée à s’en brûler les prunelles attira son attention ; c’était bien Ava. Même de dos, Priam la reconnaitrait entre mille. Il l’avait suffisamment observée pour connaître les détails de son corps à travers ses vêtements, corps qu’il ne pouvait s’empêcher d’imaginer dans les moindres mesures quand venait pour lui l’heure de se laisser à la rêverie. Avalon avait une emprise malsaine sur lui à laquelle Priam était décidé de mettre un terme. Cette fois il allait la coincer, la mettre derrière les barreaux et tourner une page qui n’aurait même pas dû commencer à s’écrire. Allumant la sirène de la voiture de police, il fonça sur la route principale tandis que les voitures s’écartaient sur son passage. La surprendre de l’autre côté de la rue dans laquelle la jeune femme s’était engagée semblait être la meilleure solution. Il manqua de renverser des piétons en tournant un peu trop brusquement à l’angle de la rue et se gara violemment à l’embouchure de cette ruelle sombre et puante au moment même où Ava en sortait. Priam sortit de la voiture à la hâte pour lui sauter dessus. « Encore toi. » siffla-t-il entre ses dents, sourcils froncés. « Pourquoi est-ce que je savais que ce serait toi avant-même de t’attraper ? » Il serra ses poignets dans son dos, comme d’habitude, et l’appuya contre l’aile de la voiture. Lentement, ses lèvres s’approchèrent de son oreille. « Qui était avec toi, Avalon ? Si tu me le dis maintenant, je serai plus … Clément à ton égard. » Il resta là, contre elle, son souffle caressant son oreille dans l’attente d’une réponse de sa part. Priam réagissait un peu trop étrangement à la présence de la demoiselle, et ce depuis toujours. Dès la première fois, dès le premier regard, quelque chose s’était brisé en lui. Ou reconstruit. Il avait beau clamer haut et fort qu’il ne supportait plus de la voir, Priam était bien forcé d’admettre qu’il espérait chaque jour croiser sa route. « Cette fois tu ne m’auras pas, je vais te mettre derrière les barreaux et tu n’en sortiras que demain. Une nuit en cellule, ça te tente ? » Un petit rire amusé franchit la barrière de ses lèvres tandis qu’il glissait les menottes autour des poignets fins d’Avalon. A chaque fois qu’il avait consenti à ne pas le faire, elle s’était tirée. Aujourd’hui, c’était fini. Se faire avoir par une gamine de son âge n’avait rien de flatteur. Il l’arracha à l’aile de sa voiture pour ouvrir la portière, puis appuya sa tête pour la faire rentrer dedans. Priam se réinstalla au volant et ferma soigneusement les portes. « Est-ce que tu te rends compte que ce que vous avez fait est grave ? Que c’est passible d’un à cinq ans de prison ? » rugit le policier en la regardant dans le rétroviseur. Imaginer Avalon en prison n’était pas la perspective la plus excitante de sa vie, et ça le contrariait même beaucoup trop à son goût. Si ça n’avait tenu qu’à lui, Priam l’aurait certainement laissée partir. Non, cette idée ne devait même pas traverser son esprit. La voiture démarra.

_________________
☆ can't get you out of my mind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
day trotter
avatar
Ava Nightingale
⊹ POSTS : 54 ⊹ ARRIVÉE : 02/12/2014
⊹ AVATAR : magdalena zalejska ⊹ CRÉDIT : © Yumiita.
⊹ STATUT : « t'approches pas trop de moi. »
⊹ PSEUDO/PRENOM : amphétamines, c.
MessageSujet: Re: it's a war in my mind. (priava)   Jeu 18 Déc - 3:46


La rue se fini, allé, elle y est presque. Elle frôle cette putain de liberté. Elle a réussit à s'échapper. Il n'y a plus que le coin à tourner puis c'est fini.
Fini les conneries. Fini, elle envoie tout valser. Promis. Promis, promis cette fois-ci c'est pour de vrai. Plus de mensonges. On arrête tout, d'accord? T'es d'accord, Ava, on arrête tout?
Plus de vol, plus de coups, plus d'arrestations, plus de flic au bout de rue.
Merde.
Pour de vrai?

Voiture de keuf devant toi.
Tu t'sens coincée.
Enfermée, y'a plus nul part ou aller. Ava se la ramasse presque tellement le choc est grand.
Allé... chérie, laisse toi faire.
Lèves les bras.
Pourtant, elle tente de passer en sauter par dessus. À deux doigts de s'évader, encore.
Il la choppe.
INCLINE-TOI putain.
Arrête de te débattre. Ne crie pas, ne crie plus, s'il te plait. C'est fini, t'avais promis!
Tends les bras.

« Encore toi. » Ça s'écorche dans la bouche, ça. Du bout de la langue, c'est dit, comme une injure. Comme un mot qui blesse. C'est fait pour ça, pour te rappeler ta misérable vie. Pour te rappeler toutes les merdes que tu vis, comme si c'était entièrement ta faute. Comme s'il n'y avait que toi à plaider. Mais allé! Elle fait tout, tout, pour s'en sortir. Elle essaye tout, beaucoup trop de 'tout'. Même des 'tout' pas légaux.
Il la plaque contre la voiture de patrouille. L'immobilise, lui tient fermement les bras en arrière, et la tête contre l'aile. Putain. Elle boufferait presque le métal bleuté tellement sa gueule y est collée. Sa belle gueule d'ange, c'est triste.
« Pourquoi est-ce que je savais que ce serait toi avant-même de t’attraper? »
Peut-être parce que ça l'amuse qu'il lui court après.
Ava est docile, Ava est soudainement calme. Ava, tu t'laisses faire? Pas de coups, pas de résistance? Étonnant.
Mais moi je sais, fais pas tes yeux doux. C'est parce que c'est lui, hein? Avoues, tu ne sais même plus bouger. T'es complètement tétanisée, ça t'oppresse, tout ça. Lui. Ce qu'il est. N'est-ce pas? Surtout quand il s'approche trop de toi. Comme ça, avec sa voix de velours pour te caresser l'oreille.
"Holden", c'est comme ça qu'ils l’appellent, dans sa stéréo. Holden, dans le micro. Holden ça crépite à la radio. Dans les oreilles d'Ava, dans sa tête, dans son ventre à elle. Holden, vous m'serrez trop fort la main... Holden ça fait mal. Les menottes. Holden, tout compte fait,
elle s'en fout. tenez Ava encore un peu. Serrez la plus fort, s'il vous plait.
Si elle arrêtait tout, vous devriez aussi. Et si Ava était plus vilaine, vous la tiendriez plus fort? Holden, vous seriez obligé de la prendre dans vos bras. 'Faut pas qu'elle arrête. Elle doit continuer ses conneries, vous serriez obligé de la coincer là.
Oh mon dieu. Surtout,
Ne faites pas ça.
Elle risquerait de ne pas y survivre.
Son cœur lâcherait, c'est sur. Holden, vous ne l'entendez pas déjà? Ça fait Tam Tam. Deux coups marqués, à répétitions. Plus vites, plus forts. Deux coups qui la transpercent. Vous les sentez?
Deux coups d'plus et elle lâche.
Tam tam, il y a son cœur qui éclate.

« Qui était avec toi, Avalon ? Si tu me le dis maintenant, je serai plus … Clément à ton égard. »
_ Y'avait que moi. Elle ne dira rien. Elle se bouffe les lèvres, ça la fait chier faut avouer. Mais elle ne dira rien. Il la tire en arrière, toujours par les mains et la fait rentrer dans la voiture de patrouille. Il la balancerait presque sur les sièges, sans aucune douceur. Lui aussi ça l'emmerde.

_ Vous ne m'attachez pas? demande-t'elle ironiquement.
Verrouiller les sécurités. Menottée. Il y aurait encore moyen qu'elle lui échappe?
Sa voix est tellement pure, ça rendrait dingue. Surtout lui, de la voir attachée ainsi, juste la regarder ça parait improbable. Elle ne colle pas à cette image. L'entendre parler, c'est comme une grosse claque. Ava, elle a une de ces voix qu'on se sent obligé de suivre, dans chacune de ses modulations. Des mots, l'un après l'autre, qui forment des phrases, comme un arrangement de notes. Un arrangement de notes qui ne peut plus jamais être répété. Ça rend important chaque chose qu'elle dit. Parce que, on a l'impression que plus jamais elle ne parlera.
« Cette fois tu ne m’auras pas, je vais te mettre derrière les barreaux et tu n’en sortiras que demain. Une nuit en cellule, ça te tente?
Est-ce que tu te rends compte que ce que vous avez fait est grave ? Que c’est passible d’un à cinq ans de prison ?
» allé, allez-y, continuez. Énervez-vous elle s'en fout. Elle n'écoute plus. Elle ne supporte plus, c'est bon, elle a choisi d'encore ne plus entendre. Il n'y a plus rien qui passe. Ça fait écho dans sa tête, c'est trop tard, on pourrait lui enfoncer le crâne dans la vitre que ça n'y changerait rien. On n'entendrait juste un son creux. Creux. Creux en elle, comme celui des mots qu'on lui a déjà été trop dit, hurlé, bafoué. Ceux qui percutent contre ses tempes. Ceux qui font que ça saigne en elle. Il y a longtemps qu'elle n'en a plus pu, de tous ces mots, et qu'elle a choisi d'arrêter de les entendre. Alors dès que quelqu'un hausse la voix, tout disparaît. Ça devient creux en elle. Ce ne sont plus que des échos.
Elle se laisse faire, elle laisse son sourire faire. Comme une réponse à tous ces mots qui l'ont tant percutée dans le passé. Ça fait un bras d'honneur, son sourire. L’insoumission qui dit « je n'ai ni dieu, ni maître, ni qui que ce soit ».
_ Qu'est-ce-que ça peut vous faire? Vous m'avez eue, c'est bon, enfin satisfait.
Je vais passer une nuit au poste, personne ne viendra me récupérer. J'ai pas l'fric pour ça, ça va juste vous emmerder, vous serrez bien obligé de me lâcher.
Et après, quoi?
Je vous manquerais trop.

Son visage est triste et charmant. Plein de chose luisantes, des yeux luisants, des pommettes luisantes, une bouche luisante et passionnée; mais sa voix est un excitant que les hommes qui l'ont aimée trouvent difficile à oublier.

_________________

oh, wow, lovely.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: it's a war in my mind. (priava)   

Revenir en haut Aller en bas
 

it's a war in my mind. (priava)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUR DEAL. :: LOS ANGELES :: CENTRAL :: downtown LA :: le bridge-